ᑭ𝓲€Rя乇 β𝓪丂ⓣ丨EN, 𝔽𝓛o ķ𝓪ᵘƒм𝐚几Ň

Music and mechanics, performance and installation. The man who makes Meccano sing. Quiet motors.

START. Wenn „Musée Mécanique“ als Bandname nicht schon besetzt wäre, die Faust passte genau auf die welt- und epochenweit zusammengetragenen und in Musikmaschinen überführte Instrumente/Gegenstände von Pierre Bastien, der seit 1977 mit dem früheren Bubenweihnachtsgeschenk „Meccano“ experimentiert. Wenn es Jean Tinguely nicht früher gegeben hätte, hiesse er Pierre – im musikalischen Sinn, auch wenn Tinguelys Maschinen durchaus musikalisch sind. Als Dirigent seines mechanischen Orchesters drückt er nur einen Knopf und die Symphonie nimmt ihren Lauf, rhythmisch holpernd, unbeirrbar präzis. Seine Musiker fallen nie aus dem Takt, ausser es sei so konstruiert. STOP.

START. Si le nom « Musée Mécanique » n’était pas déjà réservé, il serait le plus adéquat au monde de Pierre Bastien, qui, depuis 1977, fait ses expérimentations avec des « Meccano », le cadeau de noël pour les garçons de l’époque. En effet, il a collecté une multitude de machins et d’instruments à travers le monde et les époques pour en faire des instruments de musique. S’il n’y avait pas eu Jean Tinguely, son nom aurait été Pierre – en tout cas au sens musical, bien que les machines à Tinguely, elles aussi font de la musique. En tant que chef d’orchestre de son ensemble mécanique, il ne lui reste qu’à peser un bouton et la symphonie se met en marche, à un rythme cahotant, fermement précis. Ses musiciens ne perdent jamais le rythme, à moins d’avoir été conçu pour le faire. STOP.

Text Video Back